FLUX4 RADIO - la radio offshore

Eurockéennes 2012 : Prequel !

Cette 24eme édition aura offert à ceux qui venaient pour la première fois comme à ceux qui viennent depuis longtemps (et même ceux qui n'étaient pas venus depuis longtemps !) un véritable concentré d'Eurocks.

En trois jours, les chanceux festivaliers (100 000 entrées, record battu !) auront vécu une experience sensorielle et auditive digne des "quatres saisons", qu'elles soient de Vivaldi... ou du Malsaucy !

Retour en images et en impressions sur la cartographie musicale et les isothermes du biotope local.

Au commencement était le Printemps.

Les premiers rayons sont prometteurs.

IMGP0272-001

La présence solaire et enchantée de Bertrand Cantat avec Amadou et Mariam sur la scène Green Room a d'emblée rechauffé et refleuri les bourgeons de l'histoire musicale de chacun d'entre nous (excellente reprise enragée de Whole Lotta Love des Led Zep !) . Les douces températures et vibrations étant en place, la soirée d'ouverture s'annonçait belle...

Dionysos, Shaka Ponk

Vive l'été !

Soleil plein pot sur Belfort. Sold Out. Grosse journée. Cagnard. Bières. Couvre-chefs divers et variés.

La demoiselle est non seulement charmante, mais elle est gracieuse, une élégance éthérée élevant sa belle voix au dessus des a-priori.

Roulement au fond du site.... Double caisse de Mastodon ou tambour annonciateur de l'orange orage prévu ce soir ?

Kavinsky sur la plage, capitaine de tempête, impact moins 4 minutes...

Orage, ô désespoir ! L'hiver brutal et noir !

Cellule de crise pour le staff.
Should I stay or should I go ?
Jouera, jouera pas ?

... JOUERA !

L'automne... du quart de siècle des Eurocks !

La pluie a cessé.

Humide mais équipé, le festivalier averti retrouve les chemins boueux et musicaux des mémorables et mythiques éditions passées.

Pour se venger de Meg, Super-Jack a pris ce qu'il y a de mieux, niveau musique ET esthétique !! Mais il est toujours enervé (et talent-tueur !)

Au crépuscule de la clôture, les Cypress Hill nous délivrent leur suave et humide rap latino-ricain. Leur puissant alizé californien aura autant réchauffé les coeurs que les corps, soutenu par des percussions-congas "como a la casa" !

Il y a un avant et il y a un après Les Eurockéennes.

Bonheur de ces rencontres, de ce mélange des genres, fans de la première heure de Thiefaine, enchantés de profiter du rassemblement pour raviver un supplément de cellules reptiliennes devant les Cure et jeunes cools fluos kiffant à mort les Chinese Man.

Laissons le mot de la fin à Robert Smith, à qui on a demandé ce qu'il pensait de l'alerte orange: "It's OK, don't worry, it's gonna be all right, we will play later..."

L'alchimie aura une fois de plus opéré : les fées du Malsaucy ont su transformer les gouttes de pluie en étincelles magiques de décibels passionnés.

Vu et Entendu

  • Un gars se retourne pdt le concert de Charlie Winston: "heuu, c'est toujours le concert de Charlie Winston là...?"
  • "Aux toilettes, c'est la NASA !"
  • "Lana Del Rey... ? Mmouais, faut voir à p... heu, en live !"
  • Dimanche 17h, Hubert-Félix ayant joué vendredi : "Y passe à quelle heure Thiefaine ?"

Textes et Photos : Olivier Legras, Sébastien Legras

 

RADIO ON AIR