FLUX4 RADIO - la radio offshore

La Roux, la mélodie en toute simplicité

flux4itw_laroux.jpg

La Roux sait y faire quand il s’agit d’embraser les foules. Avec un son qui nous ramène aux riches heures de l’électro 80’s, cette jolie rousse exprime un sens de l’à-propos que peu d’artistes peuvent lui envier.


Votre album vient de sortir il y a quelques semaine, mais votre single Bulletproof est déjà n°1 en Angleterre. Ce succès soudain vous fait-il peur ?
Ça n’est pas tant que ça fasse peur, mais il faut du temps pour s’y habituer. Nous n’avons pas le temps d’y penser qu’il faut déjà passer à autre chose. Vous devez le faire, et vous le faites. Ce qui peut paraître frustrant quand ça va si vite, c’est que vous avez toujours rêvé que les choses se passent ainsi et en même temps tout le monde commence à vous observer. Par exemple, nous jouons live depuis février, mais tout le monde s’attend à ce que vous produisiez quelques chose d’équivalent à des artistes qui jouent depuis des années à cause du succès, et ça c’est un peu difficile.

Vos influences sont clairement Tears For Fears, Yazoo et Talk Talk. Comment expliquer le fait que nous ayons à nouveau besoin de ces sons new wave.
Personnellement, je n’ai pas aimé grand chose depuis les années 80, mis à part certains sons dance ou les sons électroniques français des dernières années. Mais pour moi, il ne s’agit pas tant de retourner en arrière, mais de continuer, si vous voyez ce que je veux dire. Pour moi, les années 80 restent la dernière grande période en musique.

Derrière les sons électroniques, il reste une mélodie. Est-ce parce que vous avez beaucoup écouté Chuck Berry, Buddy Holly ou Nick Drake par le passé ?
Vous savez il n’y a rien de compliqué dans le fait d’écrire une chanson, une mélodie et une voix, une instrumentation et une voix. Tout cela vient de la simplicité du rock’n’roll, avec trois accords. Pour la pop, nous avons besoin de cette simplicité qui permet aux gens de se raccrocher à elle. Elle doit vous permettre de ressentir quelque chose de manière immédiate, comme chez Joni Mitchell, mais aussi dans les grandes mélodies qu’on entend dans des chansons plus mainstream des années 80 de Georges Michael ou de Cindy Lauper. De grandes mélodies !

Vous vivez à Brixton, la ville du bassiste des Clash, Paul Simonon. Est-ce qu’un projet dub ou reggae pourrait vous intéresser ?
Là, où je vivais vous ne pouviez pas échapper au reggae ou au dub. Le producteur Dan Carey qui vit près de chez moi est branché dub. Il a joué avec Sly and Robbie. Personnellement je préfère le dancehall au dub, ou les remix dubstep. C’est quelque chose qui m’intéresse, mais c’est éloigné de ce que je fais aujourd’hui. Si je faisais quelque chose comme ça, ça serait pour moi.

Vous dites que vous avez besoin de souffrir pour écrire des chansons.
Non, je n’ai pas besoin, mais certaines personnes en ont besoin. Là, en l’occurrence pour cet album, c’était le sujet. La chose la plus difficile pour un compositeur, c’est d’écrire sur la joie et le bonheur, comme dans le morceau de Jackie Wilson, Your love keeps lifting me higher.

Vous allez tourner beaucoup. À votre retour chez vous, quelle serait la chose que votre compagnon pourrait faire pour vous rendre heureuse ?
Me préparer un bain, me préparer à manger, et me laver tous mes vêtements, ça serait vraiment sympa.

Il paraît que vous parlez français.

Non. Nous avons une maison ici. Ma grand-mère y a vécu les quinze dernières années de sa vie. Quand elle est décédée, il y a une dizaine d’années – j’avais douze ans –, elle nous a laissé sa maison et nous nous y rendons de temps en temps. Le reste de ma famille parle le français, ma sœur vit à Montpellier. Alors que j’utilise un nom français, je suis la seule à ne pas parler le français.

Mais vous avez choisi un nom français, La Roux.
Je sais.

Comment le prononce-t-on en Angleterre ?

La Roux, simplement la Roux. Certains le prononcent La RouX (en accentuant le “x”, ndlr), mais c’est comme pour Justice qui n’aime pas qu’on le prononce à la française. Donc, juste La Roux.

Propos recueillis par Emmanuel Abela

La Roux, Polydor
Dernier Single : Bulletproof

flux4itw_laroux_3.jpg